La faune de l'espaceDe: A.E. Van Vogt

Synopsis

Au-delà du système solaire, le Fureteur se livre depuis des années à une mission d'exploration interplanétaire. Il transporte dans ses flancs plusieurs équipes de savants et, parmi eux, des psychologues chargés de comprendre la nature des civilisations extraterrestres et d'établir un contact s'ils le jugent possible. Soudain, au coeur d'un désert d'étoiles, l'astronef rencontre Ixtl. La créature flotte depuis des milliers d'années dans une nuit sans limites, chercnant obstinément la source d'énergie qui lui rendra ses terribles pouvoirs. Pour son malheur, le Fureteur a attiré sa convoitise...

Avis

La Faune de l'espace de A.E. Van Vogt, un écrivain canadien, est un classique de la science-fiction. Ce n'est pas moi qui le dit, mais tout de même faut parfois croire ce qu'on avance. Et ce roman a des arguments en sa faveur.
C'était donc les yeux remplis d'espoir (un peu trop même) que mes yeux se sont plongés sur les lignes du romancier. C'est vrai donc qu'il y a un fond intéressant. Outre les références directes à Charles Darwin (le nom du vaisseau spatial est en hommage au navire ayant transporté le naturaliste) et aux différentes théories cycliques avancées par l'Allemand Oswald Spengler qui dit que les civilisations naissent, croissent, déclinent pour finalement s'éteindre, l'auteur nous apporte une nouvelle science, voire un nouveau dogme: le nexialisme.
En gros, c'est avec cette nouvelle science que l'espèce humaine va pouvoir affronter les dangers de l'espace et plus particulièrement les nouveaux êtres vivants découverts. Il est d'ailleurs évident que ces espèces animales ont évolué d'une manière bien différente que les animaux sur Terre ou que nous autres, êtres humains. Pour survivre, l'homme va falloir faire preuve d'adaptation (quand je vous disais que la théorie de Darwin n'est jamais bien loin dans ce bouquin). Et cette adaptation va devoir passer par le nexialisme, nouvelle science qui propose d'apprendre sous hypnose tout ce que l'on connait déjà.
Honnêtement, il y a de bonnes idées dans ce livre, avec des histoires intéressantes. Il y en a même une qui m'a fait penser à Alien.
Cependant, on peut se trouver assez décontenancé par le fait qu'elles ne sont pas vraiment liées entre elles. A la base, il s'agissait de quatre nouvelles publiées par l'auteur. De plus, il manque d'un souffle épique que l'on retrouve chez d'autres cadors du genre comme Isaac Asimov.

Note: 3.5/5