Inception

De: Christopher Nolan

Avec: Leonardo Di Caprio, Ken Watanabe, Joseph Gordon-Levitt, Marion Cotillard, Ellen Page, Tom Hardy, Cillian Murphy, Tom Berenger, Michael Caine, Dileep Rao, Lukas Haas, Tohoru Masamune, Talulah Riley,...

Pays: Etats-Unis, Grande-Bretagne

Année: 2010

Synopsis

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

Avis

Entre deux Batman, Christopher Nolan nous avait pondu un scénario qu'il mettra lui-même en scène explorant les rêves et la psychologie d'un individu nommé Cobb et joué par Leonardo Di Caprio. Si le film peut paraitre en soi tortueux, Nolan met assez régulièrement le spectateur sur la piste pour détenir la solution à cette oeuvre.
Beaucoup de pistes ou d'hypothèses ont été émises et pourtant Nolan lui-même ne semble vouloir en retenir une. Certaines idées avancées étaient que Cobb restait dans un rêve ou alors que le film entier serait le rêve de la femme de Cobb, Mal. Je pense toutefois que l'on peut balayer ces hypothèses de la main.
En effet, il semble qu'à la fin du film Cobb revienne bel et bien dans la réalité et que la toupie qui tourne ne soit qu'un petit point pour décontenancer le spectateur. Plusieurs indices permettent cette hypothèse. Tout d'abord, le père de Cobb appelle ce dernier à revenir dans la réalité lors d'une rencontre. Ensuite, la toupie, ancien totem de Mal a été cassé par Cobb puisque ce dernier l'a touché et s'en sert désormais lui-même. Ce qui me semble ne fut-ce que par ce point éliminer l'hypothèse qu'on est dans le rêve de la jeune femme. Par après ce n'est que lorsqu'il retournera dans la réalité qu'il pourra enfin revoir le visage de ses enfants. Ce qui est bien le cas dans la dernière séquence. De plus, par rapport aux souvenirs, les enfants ont grandi.
Ce qui me permet aussi d'affirmer qu'on n'est pas dans le rêve de Mal, c'est qu'elle apparait très peu dans le film et qu'ensuite, elle demande dans certaines séquences à Cobb pourquoi il a amené la jeune fille qui l'accompagne. Ce qui me semble surtout vouloir dire qu'on est en permanence ou presque dans un rêve du personnage joué par Di Caprio.
Toutefois, le film va bien plus loin que de vouloir découvrir qui est le rêveur et s'il revient à la réalité. Cobb a perdu sa femme en partie par sa faute et le rêve va lui permettre d'effacer ses torts et de pouvoir continuer de l'avant. D'autant que le souvenir de Mal est une ombre qui l'empêche d'avancer et de revenir dans la réalité. Il plonge souvent dans les limbes.
L'ombre de Mal symbolisée dans les rêves est surtout le fait que Cobb n'a jamais réussi à faire son deuil. Et pour la première fois, à la fin, lorsqu'il se détache de la toupie, le plus important n'est pas de savoir si elle va finalement s'arrêter ou non, mais bien qu'il ne la regarde plus. C'est la seule fois que cela se produit et c'est donc surtout la preuve que son deuil est enfin réalisé. Il y a un énorme processus sur soi-même qui est réalisé chez Cobb.
Le film n'est toutefois pas parfait. En dépit de comédiens très bons (oui même Marion Cotillard qui meure de manière correcte ici) et d'une réalisation souvent à la hauteur, le côté hollywoodien reste fort présent et empêche parfois de rentrer dans quelque chose de plus intimiste et la volonté d'en mettre plein les yeux rajoute pas mal de toc à un fond pourtant très réussi. C'est léger, mais ça empêche pour moi d'atteindre le statut de chef-d'oeuvre.
Toujours est-il que Nolan fournit certainement ici son film le plus abouti et on espère qu'il continuera sur cette voie par la suite.

Note: 4.5/5