Epouses_et_Concubines

De: Zhang Yimou

Avec: Gong Li, Caifei He, Cao Cuifen, Jin Shuyuan, Ma Jingwu, Kong Lin, Zhihgang Cui, Qi Zhao, Chu Xiao, Cao Zhengyin, Weimin Ding,...

Pays: Chine, Hong-Kong, Taïwan

Année: 1991

Synopsis

Songlian, jeune fille de dix-neuf ans, accepte de devenir la quatrieme epouse de maitre Chen Zuoqian. A travers son initiation aux rites du clan et sur quatre saisons, le film met en scene les intrigues que les femmes se livrent entre elles pour attirer l'attention du maitre et assurer leur suprematie.

Avis

Cela faisait très longtemps que je n'avais plus plongé dans le cinéma de Zhang Yimou. Epouses et Concubines a déjà presque 25 ans et est porté par la splendide Gong Li. Nous transportant dans la Chine des années 20, l'oeuvre évoque une pratique ancestrale qui permet à un maître d'avoir plusieurs femmes et de choisir celle avec qui il passera la nuit. L'heureuse élue voit alors des lanternes s'allumer autour et dans sa demeure.

Cette pratique féodale évoque surtout le clivage important entre une Chine traditionnelle et une jeune femme qui aurait pu avoir un tout autre avenir si elle avait pu persévérer dans ses études. Ca n'est malheureusement pas le cas pour elle et elle voit donc la tradition la rattraper. La place de la femme au sein de cette féodalité est évidemment très fermée avec peu de perspectives d'avenir.

Ce qui m'a un petit peu dérangé dans l'oeuvre de Yimou, c'est qu'on voit une femme absolument dégoûtée et triste de devoir se plier à cette coutume du mariage avec un homme riche (le plan du début, en larmes) mais qui va quand même finir par s'y plier de manière aisée au point de devenir aussi manipulatrice que les autres pour tenter de se faire une place de choix. J'ai trouvé la personnalité de la jeune femme fort peu cohérente sur ce point.

Après, l'étude de cette coutume, les limites qu'elle impose au femme et la façon de montrer la domination de l'homme sur le sexe féminin est extrêmement bien fait. Et comme de coutume chez Yimou, d'un point de vue de la réalisation, certains plans sont réalisés de manière extrêmement précises, preuve d'un travail et d'une recherche franchement intéressante.

C'est donc une oeuvre réussie de Yimou mais dont le défaut a peut-être été de montrer un visage de la femme avant de la transformer complètement. On part avec une fausse impression de la personnalité de la nouvelle épouse ce qui a clairement comme résultat un fameux manque de cohérence donc. Mais les qualités sont assez nombreuses pour qu'on en fasse abstraction et qu'on passe un bon moment de cinéma.

Note: 3.5/5