Du_neant_de_la_vie

De: Arthur Schopenhauer

Synopsis

"La pensée de la cessation de notre de notre existence [...] doit raisonnablement aussi peu nous attrister que la pensée que nous n'aurions jamais existé. [...] Il faut envisager la vie comme une sévère leçon qui nous est infligée." Confronté au néant de la vie qui mène inéluctablement à la mort, Arthur Schopenhauer, dont la philosophie est en grande partie un effort pour sortir de l'idéalisme, s'interroge sur ce primat de la Volonté, ce régime d'instincts, de pulsions et de désirs aveugles, qui nous pousse, malgré tout, à vouloir vivre.

Avis

C'est la première fois que je lis quelque chose du philosophe allemand Arthur Schopenhauer. Il faut dire que la collection Mille et une nuits propose des petits livres assez sympathiques pour un prix qui l'est tout autant. Dans ce "Du néant de la vie", le philosophe évoque sa conception de la vie et de la mort et de ce qu'il pourrait y avoir après cette vie-ci.

Parce que pour Schopenhauer, la mort n'est pas réellement à craindre. Notre société est très inquiète de ce qui pourrait arriver lors de notre trépas. Mais Schopenhauer expose un point de vue (le sien, forcément) intéressant où il y voit un côté rassurant, un retour à un état d'avant la naissance qui ne semble pas nous avoir traumatisé à son sens.

Il voit peut-être aussi un état des choses meilleur que celui que l'on vit maintenant. On sent un homme profondément marqué par le bouddhisme et aussi le christianisme dans son approche de la vie et de la mort.

Chose peu banale, le philosophe s'étend aussi sur le sexe et sur le fait que pour la religion, il ne peut être là que dans un souci de procréation alors qu'il faut aller bien plus loin que cela. Il critique quelque peu à travers ce sujet le dogme religieux.

La volonté humaine et le principe d'individuation sont des sujets que l'auteur aborde également à travers ses différentes oeuvres.

Le reproche que je puisse faire à ce Du néant de la vie est le côté répétitif de certaines situations ou de certaines explications. Malgré sa taille, le bouquin aurait pu être encore plus court.

Note: 3.5/5