Mon témoignage devant le monde - Jan KarskiDe: Jan Karski

Synopsis

A qui s'adresser lorsqu'on est témoin d'un crime contre l'humanité? Jan Karski a assisté à la mise en place de la Solution finale et il fut le premier à parler. Dans ce livre, publié dès 1944, il raconte son parcours: de la résistance polonaise jusqu'à Washington, où, en 1943, il fit le récit incroyable de ce qu'il avait vu dans le ghetto de Varsovie et au camp d'Izbica Lubelska.

Avis

Livre écrit durant la Seconde Guerre mondiale par un résistant polonais. Jan Karski est le premier à avoir parlé du ghetto de Varsovie, de la déportation des Juifs et surtout de leur extermination. Mais l'intérêt de l'oeuvre ne se résume pas à ce témoignage sur la Solution Finale, mais est avant tout un livre sur la résistance, et le quotidien de cette vie.
Jan Karski n'est d'ailleurs pas un inconnu pour le grand public puisque pour tous ceux qui ont vu Shoah de Claude Lanzmann, il y est interviewé. Il est d'ailleurs un de ceux qui marque le plus l'écran chez Lanzmann à cause de ses larmes et de son témoignage marquant. Il en est de même avec ce livre.
Durant 500 pages, Karski retrace son parcours depuis la défaite de la Pologne où il était dans l'armée en tant qu'officier artilleur jusqu'au moment où il arrive aux USA en 1943. Bref, ce sont quatre années de sa vie qu'il offre au public et surtout un témoignage important. Et l'évolution que l'homme va connaître est remarquable.
Après la défaite polonaise et la retraite, il est capturé avec bon nombre de ses compatriotes par les soldats russes. Destination vers les camps de travail, mais notre bougre parvient à s'évader. Retour dans une grande ville polonaise où notre homme entre en contact avec la résistance et en devient membre. Dedans, il sert de courrier pour tous les partis politiques polonais résistants et doit soumettre des rapports de ceux-ci au gouvernement en exil d'abord en France puis à Londres. En retour, il est chargé de transmettre des ordres du gouvernement vers les partis en Pologne.
Le tout s'opère évidemment sous la menace constante des Allemands et en particulier de la Gestapo. Avec cette dernière, Karski connait l'un des plus tragiques épisodes de sa vie en étant capturé et torturé. Moments durs, mais où l'on ressent au moment où il écrit ces phrases une terrible abnégation pour ne pas parler.
Il est aussi l'un des premiers à parler du rôle des femmes dans la résistance, en avouant qu'elles avaient énormément de qualités (voire plus que les hommes), mais qu'en plus, elles avaient la tâche la plus dangereuse en servant d'agent de liaison. C'était généralement ce "type de métier" que les membres de la Gestapo trouvaient plus facilement. Et une fois capturées, bon nombre de femmes seront torturées et exécutées.
Il est donc l'un des premiers à avoir pu pénétrer le ghetto de Varsovie et également un camp de concentration allemand. Probablement l'un des moments les plus durs du bouquin, où l'auteur est touché à vie par ce qu'il a vu. Ca et la torture des résistantes par la Gestapo sont certainement les moments les plus émouvants du bouquin.
C'est un livre écrit en 1944 et c'est forcément très anti-allemand. Il y a de la propagande polonaise, mais Karski sert un témoignage remarquable d'intensité, où il avouera plus tard que lorsqu'il a écrit ce livre, il était jeune et forcément aveuglé par la haine qu'il avait contre les Allemands à cette époque. Le seul défaut du livre vient finalement de sa préface, assez brouillonne.

Note: 4.5/5