Fire of Conscience

De: Dante Lam

Avec: Leon Lai, Richie Ren, Baoqiang Wang, Vivian Hsu, Kai Chi Liu, Michelle Ye, Charles Ying, Kai Tan, Wilfred Lau, Yan Tang, Xiaojun Yye, Vanessa Yeung, Meng Lo, Laiqun Jin, Pinky Cheung, Tak-bun Wong, Philip Keung,...

Pays: Hong Kong

Année: 2010

Synopsis

L'inspecteur Kee, homme du monde, brillant et manipulateur doit faire équipe avec le capitaine Manfred, flic désabusé, violent et dépressif. Ensemble, ils vont devoir prendre tous les risques pour faire éclater la vérité et découvrir le responsable d'une série de meurtres sanglants. Mais dans un univers déchiré par les luttes du pouvoir et de la corruption, tout le monde joue un double jeu. Qui trahira l'autre en premier?

Avis

Après The Insider qui a réussi à dévoiler chez moi de la sympathie pour le genre du polar version Hong Kong, je m'attaque à un nouveau film de Dante Lam, Fire of Conscience.
Même topo que pour les films du genre, on sent à quoi on a affaire et on sait aussi qu'on ne sera pas trop déçu. Dante Lam est un excellent metteur en scène, proposant souvent des séquences nerveuses en terme de fusillades. Le gars est un redoutable manieur de caméra tant pour les séquences d'actions que pour celles se déroulant plus calmement. A ce titre, il n'y a rien à jeter, même si on n'atteint pas (encore) le niveau de Johnnie To.
Et heureusement qu'il y a un cinéaste à la hauteur derrière car le scénario s'avère vu et revu. Evoquant des flics jouant des seconds rôles au sein de leur métier, l'oeuvre parle de l'association de deux policiers pour résoudre un crime. Sauf que les deux y viennent avec leurs petits secrets ou leurs petits ennuis qui les obligent à jouer parfois un double jeu. L'un endosse toutefois le rôle de méchant flic vis-à-vis des criminels tandis que l'autre se veut plus réglo dans les affaires. Mais ce n'est pas forcément le cas en dehors de celles-ci.
Ajoutez à cela un casting plutôt à la hauteur, mais non plus transcendant et vous comprendrez pourquoi Fire of Conscience s'apparente beaucoup plus à un film de divertissement sympathique plutôt qu'au polar du siècle. Si le scénario prêche donc par son déjà-vu, on peut compter sur Lam pour tirer le meilleur de ce que le genre peut proposer. Et rien que pour cela, le film se laisse regarder et propose un moment de détente sympathique. Et pour l'anecdote, si à la fin, l'un des policiers évoque le virus que chaque être humain possède en lui, il est marrant de constater que le film suivant de la carrière de Lam s'intitule The Viral Factor.

Note: 3/5